Le corps humain, un outil numérique?

Qui n’a pas déjà partagé le nombre de calories dépensées dans sa journée ou ses activités personnelles sur ses réseaux sociaux? Qui n’utilise pas sa montre intelligente pour calculer son rythme cardiaque après un effort physique ou le nombre de pas effectués en 24h? Ces phénomènes de calcul, d’accessibilité et de partage de l’information montrent que notre corps peut être utilisé comme étant quelque chose de quantifiable faisant partie d’un monde composé de plusieurs données regroupées ensemble faisant partie du « big data ».

La quantification de soi

Premièrement, la quantification de soi ou communément appelée « quantified self » est un concept qui a été introduit pour la première fois en 2007 par les journalistes Kevin Kelly et Garry Wolf dans le magazine Wired. Ce concept désigne le fait que notre corps et nos activités, c’est-à-dire notre «soi » sont quantifiés par différentes données. Celles-ci concernent différentes sphères de notre vie (professionnelle ou personnelle). Ces données peuvent également être en lien avec notre santé. Suite à ces pensées, Garry Wolf introduira le concept d’un double numérique ou « digital doppelganger » en 2009. Selon lui, l’usager des nouvelles technologies posséderait deux identités : une identité en ligne et une autre hors ligne.

Une opportunité en or : « Lifelogging »

Ensuite, le « lifelogging » ou la captation du quotidien de chacun représente le fait où une personne archive et enregistre toutes ses informations personnelles qui seront traduites sous forme de données. Ce phénomène s’appelle la datafication. Celle-ci est utilisée de manière active dans ce secteur et elle cible la gestion des ressources humaines, ainsi que la mise à jour des profils enregistrés. Un support en format électronique est à l’appui de cette nouvelle technologie, comme les montres intelligentes (Apple Watch, Galaxy Watch, etc.) et les cellulaires (iPhone, Android, Oneplus, etc.). Des exemples concrets de “lifelogging” seraient basés sur nos activités de tous les jours :

Quantification de soi
  1. noter sa liste de tâches à faire pour la journée (ménage, sport, rencontres, etc.);
  2. le recueil d’informations sur notre santé : (rythme cardiaque ou le nombre de pas parcourus en une journée);
  3. pratiques médiatiques (temps d’écran sur les applications d’un iPhone).
Lifelogging

L’utilité des technologies

Certaines compagnies américaines imposent le port du bracelet intelligent, comme FitBit (compteur de pas) à ses employés. Dans certains cas, l’employeur peut également recevoir des bonus en argent pour ses employés qui utilisent le bracelet quotidiennement au maximum de sa capacité. Ils sont également utilisés dans le domaine de la santé. Par exemple, un cardiologue pourrait avoir accès aux données (nombre de pas ou nourriture consommée pendant une semaine) d’un patient ayant des problèmes cardiaques à partir d’une application qui est reliée à son bracelet FitBit. De cette manière, le cardiologue peut aider son patient au niveau de ses pratiques et de ses habitudes de vie en apportant certaines modifications.

Le développement des réseaux sociaux a également intensifié le concept du « life logging » et par le fait même, la quantification de soi. En effet, les personnes peuvent partager leurs informations personnelles telles que le nombre de calories qu’elles ont brûlées après leur jogging matinal ou leur temps de sommeil sur leurs médias sociaux.

Quels avantages pour les dirigeants des grandes firmes?

Au fil du développement des nouvelles technologies faisant partie du mouvement de la quantification de soi, certaines compagnies et certains domaines professionnels ont vu une belle opportunité d’accès, profitable aux entrepreneurs. Bien sûr, la vente et la commercialisation de produits et de services sont les plus avantagées par la datafication. De plus, les supports digitaux sont équipés d’algorithmes de recommandations qui sont responsables de recommander un post ou un article à un internaute en se basant sur une analyse de celui-ci.

Mis à part le fait qu’on adore les pauses publicitaires… surtout dans les moments les plus pertinents de nos recherches, celles-ci sont précieuses pour les firmes multinationales, responsables des plateformes médiatiques. 

Par exemple, YouTube possède un algorithme de recommandations qui détermine 70% du contenu visionné sur la plateforme par les internautes. Quant à Twitch, c’est plus simple : plus un stream est populaire, plus il aura de pauses publicitaires et plus l’application va les recommander à ses utilisateurs. Ceci va donner naissance à de nouvelles stratégies de ventes plus implicites et dangereuses. Certaines auront pour but de diviser l’audience selon leurs opinions sur certains sujets : pour en savoir plus .

Youtube Logo
Twitch Logo

Pour terminer, la datafication en elle-même est une lame à double tranchant. En effet, nous devons nous poser les questions suivantes : « qui utilisent nos données ? » et « comment sont-elles utilisées ? » Le corps humain est en voie de devenir un outil numérique par la quantification de soi. Sommes-nous en train de perdre notre humanité? Allons-nous atteindre le stade où l’être humain va se métamorphoser en cyborg ?

Source:

  • Bode, M., & Kristensen, D. (2015). The digital doppelgänger within. A study on self-tracking and the quantified self-movement.

Par Laurent Cyr, Philippe Salloum, Jean-Réal Porlier, Yazid El Hilali

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.