Cyberdépendance : quand Internet prend le contrôle

D’où vient le concept de cyberaddiction ?

En 1995, le docteur Ivan Goldberg évoque pour la première fois le concept de dépendance à Internet, soit la cyberdépendance. Internet encore relativement nouveau à cette époque, pour lui il s’agissait seulement d’une blague pour critiquer la rigidité du Diagnostic and Statistical Manuel of Mental Disorders (DSM-IV).
(Couderc, 2012)

En effet, il ne savait pas encore l’ampleur qu’Internet allait avoir et que ce nouveau trouble qui partait d’une plaisanterie deviendrait bien réel. Dr Goldberg basa les critères diagnostics de ce nouveau trouble sur ceux de la dépendance à une substance
(Idem, 2021).

Cela dit, c’est seulement l’année suivante, donc en 1996, que le concept sera présenté plus sérieusement. Cette fois-ci, il sera présenté par la psychologue américaine Kimberly Young, lors du Congrès de l’Americain Psychological Association à Toronto.  De son côté, il abordera de nouveaux critères se basant sur le jeu pathologique. (Idem, 2021)

Premières apparitions

Depuis sa première évocation, la dépendance à Internet est la cible de plusieurs critiques et de controverses. Aujourd’hui, alors qu’Internet occupe le quotidien de plusieurs personnes; les études sur la cyberdépendance se multiplient.

En effet, selon le Digital 2021 July Global Statshot Report publié par Hootsuite et We are social, plus de 4,8 milliards utilisent Internet, soit presque 61% de la population mondiale. Quant aux réseaux sociaux, il y aurait plus de 4.48 milliards d’utilisateurs, donc l’équivalent de 57 % de la population mondiale actuelle (Kemp, 2021). Malgré tout, la dépendance à Internet n’est pas encore considérée comme un trouble à part entière.

Pour le moment, ce trouble ne se retrouve dans la version la plus récente du Diagnostic and Statistical Manuel of Mental Disorders (DSM-V), il est seulement listé comme « condition for further study » (Singer, 2018). Les chercheurs n’ont pas encore atteint un consensus, quant à savoir si l’utilisation excessive d’internet et des réseaux sociaux est considérée comme un trouble de comportement addictif (Idem, 2018).

Qu’est-ce que la cyberdépendance ?

Définition

Plusieurs termes sont utilisés pour parler de la cyberaddiction: « addiction à Internet », « dépendance à Internet », « usage problématique d’Internet », « usage compulsif d’Internet », « usage pathologique d’Internet », « cyberdépendance » et même « internetomania » (Shaw & Black, 2008).

Tout comme son nom la définition de ce trouble n’a pas encore atteint consensus dans le monde des chercheurs. Voici comment Scott E. Caplan et Kimberly Young définissent la cyberdépendance: « se traduit par une utilisation des technologies ou des moyens de communication offerts par internet qui engendre des difficultés chez l’individu. La cyberdépendance amène un sentiment de détresse et des problèmes sur le plan psychologique, social ou professionnel. » .
(Optima Santé globale, 2013)

Critères

Encore aujourd’hui, les critères diagnostiques que Young avait établis en 1996 sont les plus utilisés. Elle a retenu huit critères des dix critères du jeu pathologique, pour former ceux de la dépendance à Internet. Pour être considérée comme cyberdépendant, la personne doit répondre « oui » à au moins cinq des critères. De leur côté, Beard et Wolf considèrent que les cinq premiers critères devraient être obligatoires et qu’un des trois derniers devrait être présent pour diagnostiquer un individu.

Plusieurs auteurs considèrent que pour que le diagnostic soit concluant les six éléments de la dépendance évoqués par Griffiths doivent être présents. Ces critères sont les suivants : « il s’agit de la prédominance (ici d’internet sur la vie du sujet, ses pensées et comportements), des modifications de l’humeur, de la tolérance, des symptômes de manque, des conflits (avec l’entourage familial et amical par exemple) et de la rechute.
(Op.cit., 2012)

Internet Addiction Test (IAT) en lien avec la cyberdépendance
Questionnaire diagnostique de dépendance à Internet, selon Young (1998)
Image prise de la thèse du docteur Étienne Couderc (2012)
Image d'un Questionnaire diagnostique de cyberdépendance
Internet Addiction Test, d’après Young (1998)
Image prise de la thèse du docteur Étienne Couderc (2012)

La dépendance à Internet regrouperait différents comportements que l’individu peut avoir par l’entremise des plateformes qui se trouve sur le Web : l’addiction à la cyber-sexualité, aux cyber-relations, les compulsions sur Internet autant au niveau des achats que des jeux ou même de la bourse en ligne, la recherche compulsives en ligne et la dépendance aux jeux vidéo en ligne (Op.cit., 2012).

Pourquoi les gens deviennent accros à Internet?

Les raisons entourant l’usage problématique d’Internet sont nombreuses. En effet, il en existe plusieurs et en voici quelques-unes : chercher au-delà du jeu, s’évader des problèmes de la vraie vie, gérer son anxiété manque d’estime de soi, manque de confiance en soi, etc. (Tel-jeunes, s.d).

Êtes-vous cyberdépendant ?

Voici quelques indices, selon l’organisme Tel-jeunes, que vous avez peut-être un usage problématique d’internet. Si vous vous reconnaissez dans quelqu’un de ces points, cela peut-être un signe que vous avez une addiction à Internet. N’hésitez pas à consulter des professionnels qui pourront vous aider si vous:

« Abandonnez des activités que vous aviez l’habitude de faire et vous vous isolez »

« avez besoin de passer de plus en plus de temps sur Internet, cela devient votre unique plaisir »

« êtes heureux·euse lorsque vous êtes connecté·e »

« utilisez d’Internet pour oublier vos problèmes »

« êtes irritable, déprimé·e et ennuyé lorsque vous ne pouvez pas être connecté·e »

« avez tenté de modifier le temps que vous accordes à Internet, mais vous n’y arrivez pas »

« avez des problèmes de sommeil, de concentration et de mémoire »

« n’avez plus une bonne hygiène: vous ne fais plus de sport, vous mangez moins bien ou vous dormez peu, par exemple »

« jouez la nuit en cachette, alors que vous avez de l’école ou que vous devez aller au travail le lendemain »

« refusez les activités avec votre ami·e·s ou famille pour aller sur Internet »

Sur une note positive

Finalement, la dépendance à Internet touche plusieurs personnes. En effet, selon une étude de Magali Dufour, directrices des programmes d’intervention en toxicomanie à l’Université de Sherbrooke, environ 1,5% à 2% de la population souffrirait de ce trouble. Comme toute autre dépendance, il existe des traitements et des thérapies pour la cyberdépendance. Si vous croyez avoir un usage problématique d’Internet, les centres de réadaptation en dépendance offrent des renseignements et des ressources à ce sujet.
(Les éclaireurs, 2016)

Sources

  • Beard, K.W. & Wolf, E.M. (2001). Modification in the Proposed Diagnostic Criteria for Internet Addiction. Cyberpsychology & behavior, 4(3), pp.377– 383.
  • Caplan, S. E. (2002). Problematic Internet use and psychosocial well-being: development of a theory-based cognitive-behavioral measurement instrument. Computers in Human Behavior, 18, 553-575.
  • Couderc, E. (2012). Recherche d’une addiction aux réseaux sociaux et étude du profil d’utilisateur concerné. [Thèse de doctorat en médicine]. pp. 63-69
  • Griffiths, M.D. (2005). A “components” model of addiction within a biopsychosocial framework. Journal of Substance Use, 10(4), pp.191–197.
  • Kemp, S. (2021). Digital 2021 July global statshot: digital audiences swell, but there may be trouble ahead. We are social. URL: https://wearesocial.com/au/blog/2021/07/digital-2021-july-global-statshot-digital-audiences-swell-but-there-may-be-trouble-ahead/
  • Les Éclaireurs. (2016). La cyberdépendance, une maladie qui se traite. Radio-Canada. URL : https://ici.radio-canada.ca/ohdio/premiere/emissions/les-eclaireurs/segments/chronique/6032/cyberdependance-magalie-dufour#:~:text=La%20cyberd%C3%A9pendance%20%3A%20Entrevue%20avec%20Magali%20Dufour,-Partager&text=Elle%20constate%20qu’environ%201,66%20heures%20pour%20les%20adultes.
  • Optima Santé Globale. (2013). La cyberdépendance. [Document de référence]. SSQ groupe financier et axé Santé. URL : https://ssq.ca/sites/default/files/archives/ac/Chroniques_sante/La_cyberdependance.pdf
  • Shaw, M. & Black, D.W. (2008). Internet Addiction: definition, assessment, epidemiology and clinical management. CNS drugs, 22(5), pp.353–365.
  • Singer, J.-A. (2018). Stop saying social media ‘Addiction’. MedPageToday. URL: https://www.medpagetoday.com/psychiatry/addictions/75194
  • Young, K. S. (1996) Internet addiction: the emergence of a new clinical disorder. Paper presented at the 104th Annual Meeting of the American Psychological Association, Toronto.

Catherine Lapointe et Zacharie Labbé dans le cadre du cours Médias Numérique EDM1560 de l’UQAM

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.