Une vie privée un peu trop publique

Protéger sa vie privée sur les réseaux sociaux, est-ce un enjeu social contenant des failles? Plusieurs facteurs portent à croire que l’utilisation des sites de réseautage engendre un certain danger pour la vie privée. Cependant, les conséquences ne se laissent pas percevoir en surface, mais bien à l’arrière-plan de la toile web. Que ce soit la fuite de données ou la surveillance web accrue, les réseaux sociaux ne sont pas à l’abri de ces menaces.

Avertissement avant de cliquer sur « Envoyer »

Vie privée et réseau social, quel rapport entretiennent-ils? 

La vie privée est portée par un individualisme que le réseau social rejette, en quelque sorte, par la nécessité d’échanger avec les autres pour étendre son influence en ligne. Comme le dit Éric Delcroix, la vie privée évolue au sein des réseaux sociaux de manière fulgurante, et la nouvelle génération est un principal joueur qui prend part aux différentes phases du réseau social, notamment par la redéfinition du verbe « partager ».  

La réalité du partage 

Croyant être dans leur petite bulle, certains internautes agissent d’une manière complètement différente sur les réseaux sociaux.  Le web est vu comme un confident à qui on peut tout dévoiler. 

Cette surexposition de soi peut  porter  à réflexion. Le film  Recherche  (Searching), sorti en 2018, illustre très bien cette réalité.  Dans ce film  à suspense, un père tente de retrouver sa fille disparue en n’utilisant que son ordinateur et ses réseaux sociaux, lesquels  sont de précieuses mines d’or en ce qui concerne les informations personnelles. Grâce à ce point d’ancrage, le père réussit à mener sa propre enquête. Naviguant sur Internet, il s’aperçoit que sa fille était plus intime sur ses réseaux sociaux qu’avec lui-même. 

Bande-annonce du film Recherche

Ce  long-métrage  souligne à quel point  il est devenu  banal  de documenter nos vies sur le web. Il nous fait également comprendre que notre rapport à la technologie s’est complètement modifié au fil des années.

Bien que cette fiction propose une approche « héroïque »  du partage de données, il ne faut surtout pas oublier que le dévoilement de sa vie privée n’est pas sans inconvénient. 

Fuite de données et surveillance web sur Facebook 

Le vol de données est un risque auquel s’exposent tous les utilisateurs.  

Il y a deux ans, 533 millions d’utilisateurs Facebook ont subi l’un des plus gros piratages de l’histoire du réseau social. Nombreuses étaient les informations en circulation : numéros de téléphone, ville résidentielle, profession, nom d’employeur et même situation matrimoniale. On parle d’environ 14% des utilisateurs canadiens de la plateforme (soit 3,49 millions) qui ont été touchés par cette fuite. Cet évènement, par ailleurs, a grandement entaché l’image de la compagnie vis-à-vis de la protection de la vie privée de l’utilisateur. Facebook doit rectifier le tir. 

Mark Zuckerberg présente Facebook sous un nouveau jour : il deviendra Meta. Le premier projet officiel s’intitule le « Métavers ». Cet univers parallèle semble être un véritable terrain de jeu où l’imagination des utilisateurs est la seule limite. Toutefois, ce nouveau projet pose déjà un enjeu important au niveau de la surveillance web. En effet, le Métavers insinue la possibilité de collecter de plus en plus d’informations sur les utilisateurs, notamment par une représentation virtuelle de nos domiciles grâce à Horizon Home. Le Métavers décrit par Zuckerberg ne serait-il pas en réalité l’outil de surveillance ultime? 

Monétisation de sa vie privée 

Certaines personnes voient plutôt leur vie privée comme un contenu monétaire. C’est d’ailleurs le cas des influenceurs qui décident d’exposer leur vie privée dans le but de recevoir une somme d’argent et ainsi gagner tant en popularité qu’en visibilité.

Creators est une branche d’Instagram à partir de laquelle il est possible d’accéder à une rémunération. L’influenceur peut ajouter des publicités à ses vidéos en échange d’un montant d’argent qui se fixe en fonction du nombre de visionnements des publications et de la rentabilisation du contenu.

Application Instagram sur un téléphone

Les influenceurs sont sous les yeux du public au quotidien. Un cercle vicieux se dessine, car plus ils dévoileront les détails de leur vie privée, plus ils amasseront de l’argent. La vie privée et la vie publique de ces influenceurs convergent tranquillement, mais sûrement. Pourtant, ils décident de ce qu’ils veulent bien partager, et donc, de ce que les internautes voient. Ainsi, ils ont une influence sur leur image et sur les informations qu’ils dévoilent publiquement, mais comme tout autre abonné, leurs informations personnelles ne sont pas à l’abri du piratage ni de la fuite. 

L’intemporalité du numérique 

Ce que nous décidons de publier en ligne restera sur le web. Les réseaux sociaux conservent d’ailleurs nos renseignements personnels ou nos publications, et ce, malgré la désactivation de nos comptes. Ils maintiendront toujours ce mandat de libre-échange, car leurs plateformes sont régulées à cette fin. Ainsi dit, les usagers de ces plateformes doivent prendre conscience de cette régulation afin d’être pleinement maitres de leur contenu partagé.

 

Rédigé par Krystel Charles, Stéphanie Turner, Élodie Anaïs De Souza et Émilie Bordonado dans le cadre du cours EDM1560 – Automne 2021 à l’UQAM.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.