La dynamique de radicalisation entre influenceurs et audiences

On peut constater à travers plusieurs plateformes numériques une polarisation des discours. Différents éléments contribuent à la dynamique que prennent les débats en ligne et qui affectent l’évolution de l’opinion publique. Ce qui nous intéresse plus précisément est la dynamique de radicalisation entre influenceurs et audiences. Les algorithmes des plateformes numériques les poussent l’un, comme l’autre, à se radicaliser.

Je suis juste un idiot, mais ça ne rend pas ce que j’ai dit ou comment je l’ai dit acceptable. Ce n’était pas acceptable, je suis vraiment désolé si j’ai offensé, blessé, ou déçu quiconque avec tout ça. PewDiePie, dans sa vidéo d’excuse, ci-bas, après qu’il ait utilisé un « terme raciste ».


Justin Trudeau s’excuse de son costume d’Halloween « Brown Face »
PewDiePie s’excuse d’avoir utiliser un terme raciste.

À ce jour, PewDiePie, un influenceur de renom, a 110 000 000 d’abonnés sur sa chaîne YouTube. En comparaison, Justin Trudeau a été élu premier ministre du Canada en 2021 avec 5 556 491 votes. Même si le contexte du vote et l’abonnement à une chaîne YouTube sont différents, l’écart est impressionnant. C’est à se demander le discours duquel de ces hommes a le plus grand impact dans l’espace public. Lorsque Justin Trudeau prend la parole à titre de premier ministre, il a une légitimité. Nos institutions démocratiques encadrent l’exercice de ses fonctions et son discours, mais qu’en est-il pour PewDiePie ? Peu importe sur quoi porteront ses prochaines publications, son nombre d’abonnés donnera automatiquement une grande visibilité à ses idées.

Les revenus des influenceurs

Différents influenceurs créent du contenu sur différentes thématiques, et ils génèrent des revenus de différents ordres de grandeur. Être influenceur est donc un emploi, mais ici nous sommes bien loin d’une structure traditionnelle. Contrairement à un salarié, une multitude de formes de monétisation sont possibles pour les influenceurs. Que ce soit par les commanditaires ou par une rémunération par la plateforme utilisée (par exemple, YouTube et sa part de revenu publicitaire). Cela peut être aussi par la vente de produits dérivés ou tout simplement par le sociofinancement (avec Patreon, par exemple), toutes ont la même origine de rémunération: le public.


L’audience comme patron des influenceurs : dynamique financière

Que le public soit le principal rémunérateur de l’influenceur, de manière direct ou indirect, instigue une dynamique de pouvoir bidirectionnelle. De plus, il y a une corrélation directe entre la taille de l’audience et le revenu de l’influenceur; il doit donc satisfaire ses abonnés pour les préserver et en faire croître le nombre. Chaque public est distinct, donc les contenus s’adapteront aux tangentes dictées par l’audience. Ainsi, il devient difficile pour l’influenceur de se soustraire à la rétroaction des gens qui financent son mode de vie.

Dans l’optique où l’influenceur a un intérêt financier à faire grandir son audience, lappel aux émotions est une technique de viralité relativement fréquente pour atteindre cet objectif. Combiné au dialogue continue avec son audience, l’influenceur peut rapidement glisser vers du contenu de plus en plus fervent, et par le fait même, de moins en moins nuancé.


Influenceurs politiques et radicalisation des discours

Inspiré des écrits de Rebecca Lewis dans sa recherche : Alternative Network. Broadcasting The Reactionary Right On YouTube. Ainsi, nous nous intéresserons ici aux influenceurs politiques, c’est-à-dire ceux qui tentent de populariser une idéologie par leur contenu. D’un point de vue technique, ils utilisent des tactiques propres au marketing pour construire une audience et leur « vendre » les opinions et valeurs d’un courant politique.

Au fil du temps, il est fréquent que la position initiale de l’influenceur se déplace sur le continuum politique vers une version plus extrême de l’idéologie qu’il supporte. Ce phénomène est le produit de l’interaction de l’influenceur avec son audience. C’est aussi le produit de son interaction avec d’autres influenceurs qui l’incitent, parfois lui dictent, son prochain contenu. Ce qui crée un réseau d’inter-influences.  C’est un exemple de la dynamique de radicalisation entre influenceurs et audiences. Parmi ces réseaux d’inter-influences l’un d’entre eux se présente comme une source médiatique alternative commentant l’actualité et les nouvelles politiques dans une optique d’extrême droite: les influenceurs du Alt-Right.

Représentation du réseau d'influence de "Alt-right" sur YouTube
Représentation du réseau d’influence de « Alt-right » sur YouTube
Graphique tiré de l’étude de Rebecca Lewis sur Data&Society ; Alternative Influence : Broadcasting the Reactionary Right On YouTube, p.11.

Souvent, ces derniers discutent de leur déstabilisation face à un monde qui ne fait plus de sens à leurs yeux. D’abore, ils démantèlent le monde tel que nous le connaissons à travers une suite de vidéos d’opinions. Ensuite, il est plus facile pour eux de convaincre leur audience d’adhérer à une structure alternative du monde, par exemple au nationalisme blanc.


Y a-t-il de l’espoir pour les leaders d’opinion et les audiences ?

« Comment j’ai appris à être raciste »
Témoignage de radicalisation et dé-radicalisation

Malgré la présence de positions tranchées à travers l’histoire, elles récoltent aujourd’hui un surcroît de valeur, en raison des configurations techniques et sociales des plateformes en ligne. Ces dernières incluant les algorithmes et la réponse de l’audience. Cela dit, il y a une nécessité d’encadrer les pratiques des entreprises et de les pousser à rendre compte du fonctionnement et des effets pervers de leurs processus afin de limiter la dynamique de radicalisation entre influenceurs et audiences. Dans l’attente d’un système d’encadrement, certaines personnes prennent ces mécanismes par les cornes. Parmi celles-ci, la youtubeuse Contrapoint utilise son influence pour tenter de dé-radicaliser le public Alt-Right. Elle se fait inviter sur les tribunes de cette communauté, et offre une alternative à leur alternative. Elle tente de renouer le dialogue.


Rédigé par Julien Normandeau et Charline Gosselin-Gratton dans le cadre du cours EDM1560 – Automne 2021 à l’UQAM.

Lectures complémentaires :

Outils de propagande: Les influenceurs comme accessoire politique

Bulles de filtres et chambre d’écho : les effets secondaires des algorithmes

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.