Tiktok: Le fast-food du contenu numérique

Par : Ali Thabet, Gabrielle Auger et Thomas Sang Du Boisclair

Plus court, plus rapide, plus de contenu; TikTok devient la restauration rapide ou le « fast-food » de l’univers des réseaux sociaux. Tout aussi mauvais pour la santé, TikTok a une énorme influence sur ses membres et gagne en popularité à une vitesse fulgurante. Depuis l’arrivée de Vine en 2013, cette formule de très courtes vidéos correspond parfaitement à la nouvelle génération de consommateurs de média.

Cependant, après la fermeture de Vine, ses anciens adeptes n’ont pas nécessairement opté pour Musical.ly. Moins intéressés par les vidéos de lipsync, une pause s’impose jusqu’à la fusion de TikTok et Musical.ly. Par défaut, une nouvelle vague de créateurs de contenu s’installe, correspondant plus aux intérêts de la communauté. C’est justement lors du confinement que TikTok rassemble un nombre impressionnant d’utilisateurs.

L’influence de la COVID-19 sur notre consommation du numérique 

Lors de la pandémie, la consommation de vidéo a explosé. D’une part, le contenu long comme les  films et émissions de télé connait un grand succès depuis des années. En 2021, le consommateur américain moyen est abonné à quatre différents services de diffusion en continu . D’ailleurs, 23% d’entre eux ont ajouté au moins un nouveau service depuis la COVID-19.

D’une autre part, le contenu court révolutionne les médias vidéos avec la montée de l’application mobile TikTok. Cette application de partage vidéo et de réseautage social avait 680 millions d’utilisateurs actifs mensuels en novembre 2018. Elle en compte aujourd’hui plus d’un milliard. Graĉe à de nouveaux défis culinaires et des danses, TikTok a su rassembler la communauté virtuelle qui était confinée et lui proposer son fast-food. Au mois d’août 2020, Instagram suit les pas de TikTok et présente sa nouvelle plateforme de courtes vidéos. C’est en mars 2021 que YouTube lance son service de vidéos de 15 secondes ou moins. Cette transition vers un type de contenu beaucoup plus court avantage énormément ces grands réseaux. Elle encourage donc la surconsommation grâce au trou noir de contenu qui est offert aux utilisateurs.

Nous avons sondé une trentaine de personnes sur leur utilisation de l’application mobile TikTok et voici quelques données intéressantes. Ce sont 52,8% qui regardent moins de vidéos sur YouTube depuis qu’ils ont TikTok.

58,3% qui trouvent que c’est difficile d’arrêter de regarder des vidéos sur TikTok.

Finalement, 44,4% des gens regardent des vidéos TikTok en regardant d’autre contenu comme un film ou une émission de télévision.

Sondage des auteurs

L’addiction et le contenu de recommandation

L’humain a été programmé à avoir plusieurs réflexes afin d’assurer sa survie à travers le temps. Certains d’entre eux facilitent même l’addiction aux téléphones mobiles. Nous sommes naturellement curieux, sociables et alertes aux distractions, trois choses qui se marient parfaitement avec les cellulaires.

Notre attention est extrêmement désirable pour les réseaux sociaux et TikTok a compris comment l’attirer ainsi que la conserver. Ce sont 41% de leurs membres qui sont dans la catégorie d’âge de 16-24 ans, une population beaucoup plus impressionnable. TikTok a organisé son contenu afin de plaire à cette génération plus jeune et influençable. Les vidéos courtes de l’application sont incroyablement stimulantes et gratifient instantanément ses utilisateurs tout comme le test de la guimauve. Par ailleurs, plus un individu consomme sur l’application, plus l’algorithme capte ses intérêts. Tout cela peux alors développer un cercle vicieux et une addiction. Tik Tok est devenu si populaire auprès des jeunes que l’application affecte même leurs rapports sociaux.

Un témoignage de Niko Nguyen, un étudiant d’université explique que TikTok devenait une partie intégrante de sa vie sociale même s’il ne possédait pas l’application. Ses amis et lui se les partageaient à travers d’autres réseaux comme Instagram et Twitter. Ils en parlaient lorsqu’ils se voyaient et recréaient des vidéos.

L’impact des réseaux sociaux sur le cerveau des jeunes

La technologie ainsi que les réseaux sociaux, quoique pratiques, peuvent être néfastes sur plusieurs aspects de la santé des individus lorsqu’ils sont mal utilisés. En effet, ils peuvent apporter de sérieux problèmes de vision et peuvent également interférer avec la production de mélatonine. Par contre, nous allons nous concentrer sur comment ils affectent la mémoire et le cerveau. Un sondage réalisé en 2017 par le «Royal Children’s Hospital» situé à Melbourne en Australie, a constaté que 94% des adolescents et 67% des élèves de niveau primaire possédaient un téléphone cellulaire ce qui est extrêmement alarmant.

Selon Dr Sharon Horwood, une professeure en psychologie à l’université Deakin, cette accessibilité à la technologie ajoutée à une addiction facilement développable. Elle peut mener à une difficulté à porter attention, une réduction de nos capacités à penser et de se rappeler de choses diverses, mais aussi de réguler nos émotions. Un autre problème est la démence digitale associée avec l’utilisation de téléphones cellulaires. Cette démence digitale est l’anxiété, la dépression et le stress que les portables peuvent apporter. Cela endommage le côté droit du cerveau affectant ainsi l’attention, l’attention et la mémoire à court terme.

Conclusion

Le contenu court et rapide, bien que gratifiant pour les utilisateurs, peut devenir nocif lors d’une consommation trop exagérée. Bref, les médias numériques ont été vus comme une façon facile d’engager avec d’autres personnes. TikTok était la plateforme parfaite pour en trouver avec des intérêts communs lorsque se voir en vrai était impossible. Leur algorithme étant aussi performant beaucoup de personnes se sont laissés absorbés par ce phénomène et en ont développé une addiction.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.