Puce électronique : deviendra-t-on des cyborgs?

Qui aurait cru qu’une technologie qui apparaissait au départ dans des productions cinématographiques de science-fiction, est aujourd’hui bel et bien réelle et utilisée à travers le monde? On parle ici de la puce électronique. Les professionnels installent ce dispositif de la taille d’un grain de riz à l’aide d’une seringue. Il est situé sous la peau, entre l’index et le pouce des êtres humains.

Radiographie illustrant le positionnement de la puce sous-cutanée.
Radiographie illustrant le positionnement de la puce sous-cutanée.

Cette technologie constitue pour plusieurs un progrès vers la transhumanisation, c’est-à-dire l’amélioration des capacités physiques et intellectuelles des êtres humains par la technologie. Ce serait donc une transition entre un humain ordinaire et « un humain augmenté ».

Fonctions de la puce électronique

Ayant vues le jour en Suède, les puces sous-cutanées ont eu comme fonction première de conserver les billets de train des passagers, sans que ceux-ci aient à sortir quoi que ce soit. Maintenant utilisées dans plusieurs autres pays, elles détiennent de nouvelles fonctions. Par exemple, celles-ci peuvent démarrer des appareils, tel qu’un ordinaire ou une voiture. De plus, étant donné qu’elles préservent une grande quantité de données, elles peuvent remplacer la fonction d’une clé pour entrer dans des lieux.

Puce électronique utilisée afin de rentrer dans un bâtiment.
Puce électronique utilisée afin de rentrer dans un bâtiment.

D’un côté monétaire, elles peuvent emmagasiner de la cryptomonnaie et peut-être, dans un futur proche, elles remplaceront les cartes bancaires. Son usage pourrait aller encore plus loin, jusqu’à remplacer les pièces certifiant l’identité et la nationalité d’un individu tel qu’un passeport ou un permis de conduire.

Utilisation de ce système dans le marché du travail

Plusieurs pays utilisent également ce système dans le monde professionnel. Dans de grandes entreprises, plusieurs employés se font offrir une installation gratuite pour pouvoir accéder à leurs outils de travail. Par contre, certains employeurs malveillants utilisent de l’information recueillie sur leurs travailleurs et ce, contre leur gré. 

« Il pourrait se servir de ces informations pour vérifier combien de fois tu vas à la cafétéria. Ou, pire, les revendre aux assureurs, qui voudront par exemple augmenter ta prime d’assurance santé s’ils trouvent que tu vas trop souvent t’acheter des Kit Kat. »

David Décary-Hétu, chercheur à l’École de criminologie de l’Université de Montréal

Cependant, la puce sous-cutanée respecte-t-elle concrètement les droits de l’homme par rapport aux règles éthiques, légales et morales?

Avec un projet technologique d’une telle ampleur, des controverses se forment autour de cet enjeu. Les gens se questionnent sur la fiabilité de cette puce dû aux piratages possibles ainsi qu’aux problèmes de santé qu’elle pourrait engendrer, comme des infections. Aussi, étant donné que ce système traque et amasse beaucoup d’informations, plusieurs individus s’inquiètent par rapport à la possibilité que les puces mènent à une violation de leur vie privée. Justement, certains parents veulent installer celles-ci sur leurs enfants pour assurer leur sécurité. Cependant, cela irait-il à l’encontre du principe de liberté?

La puce électronique chez les animaux

Ce ne sont pas seulement les humains qui bénéficient de la micropuce, les animaux également. Celle-ci agit comme une méthode d’identification pour retrouver un animal perdu par exemple, ou encore pour conserver des données médicales. Tout comme l’être humain, les puces s’installent au moyen d’une seringue.

Puce électronique installée sur un chat à l'aide d'une seringue.
Puce électronique installée sur un chat à l’aide d’une seringue.

Bref, les puces électroniques, une avancée technologique vers un monde amélioré ou un système exempt de liberté? Ironiquement, celles-ci sont « à portée de la main » en tout temps!

Par Cléa Nelis et Pascale Vigneault

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook
Twitter
LinkedIn