Neuralink et le transhumanisme.

Le transhumanisme est un paradigme qui regroupe les idées voulant que la technologie servira à modifier positivement l’homme de demain. Le transhumanisme est « un ensemble de techniques et de réflexions visant à améliorer les capacités humaines… » à l’aide d’un usage avancé de nanotechnologies et de biotechnologies. Ce sujet suscite grandement la controverse, car l’objectif d’entreprise transhumaniste comme Neuralink est de transcender les limites naturelles de la condition humaine. De plus, les transhumanistes souhaitent rompre les frontières entre l’être humain et l’ordinateur.  Neuralink est une entreprise américaine spécialisée en neurotechnologie. Neuralink et transhumanisme vont de pair. Par ailleurs, elle compte trouver des solutions pour contrer les différentes faiblesses de l’être humain, qu’elles soient physiques ou psychologiques. Par exemple, la compagnie se donne comme objectif de lutter contre la maladie de Parkinson. Cela en stimulant le cerveau d’une manière particulière grâce à une puce.

Neuralink, c’est quoi?

Le célèbre ingénieur, entrepreneur et transhumaniste Elon Musk a fondé Neuralink en juillet 2016. Son quartier général est à San Francisco, en Californie. Cette compagnie est célèbre pour avoir conçu un ordinateur sous forme de micropuce qui serait implantée dans le cerveau reliée à plusieurs électrodes par des fils plus fins qu’un cheveu. Cet implant vise notamment à améliorer les différentes capacités du cerveau, entre autres, en en augmentant la mémoire et en lui donnant la capacité de contrôler divers terminaux par la pensée. Les travaux de Neuralink s’inscrivent dans la même lignée que celle de la micropuce sous-cutané.

Principalement, Neuralink va dépasser les limitations imposées par l’aspect biologique de l’Homme en mariant l’intelligence artificielle, tout en aidant les gens qui sont touchés par différents problèmes cérébraux (à cause de malformations congénitales ou d’accidents, par exemple). La start up californienne a déjà réalisé certaines greffes de capteurs sur le cerveau de singe afin qu’il soit capable de contrôler un ordinateur pratiquement par la psychokinésie.

Également, l’entreprise de Musk est en pleine démarche et en attente d’autorisation de la Food and Drug Administration afin d’implanter des microélectrodes dans le cerveau d’une personne paralysée à cause de lésions à la moelle épinière. S’ils reçoivent l’autorisation nécessaire, ils pourraient débuter le projet avant la fin de 2020. Avec l’aide de divers neurochirurgiens de l’Université de Standford, Neuralink va faire ces tests. C’est à un boîtier qu’on implante derrière l’oreille qu’on connecte les puces et les électrodes. Évidemment, si le projet et les idées que propose Neuralink aboutissent. Puis, à la manière d’une smartwatch comme un FitBit, il deviendrait possible d’analyser l’activité cérébrale humaine depuis un téléphone intelligent. 

Boîtié Neuralink installé derrière l'oreille.
Boîtié de Neuralink implanté derrière une oreille.
Image tirée de The Next Web.

Les craintes que suscite Neuralink et le transhumanisme

De plus, la technologie Neuralink donnerait un accès direct à la modification du cerveau humain. Il s’agirait là d’une porte ouverte à ce que l’intelligence artificielle envahisse le cerveau humain; ce qui le différencie des autres animaux. Cependant, malgré sa grande médiatisation l’efficacité de l’intelligence artificielle n’a pas encore été clairement démontrée . Ce que plusieurs craignent, c’est que comme les données récoltées par les puces implantées dans le cerveau seront stockées dans un « cloud », elles ne seront pas assurément à l’abri du piratage.

Somme toute, le débat autour de Neuralink et transhumanisme sortira assurément des cercles académiques et engendrera peut-être un débat de société.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook
Twitter
LinkedIn