L’estime personnelle dans les réseaux sociaux

L’omniprésence des réseaux sociaux, Child Mind Institute

Depuis plus d’une décennie, les réseaux sociaux gagnent en popularité. Il en a émergé une nouvelle profession : celle d’influenceur, perçue comme un travail de rêve qui apporterait amour, popularité et argent. Cependant, la réalité n’est pas aussi simple. De fait, un influenceur est confronté aux normes de la société pour avoir un physique parfait et plaire aux utilisateurs. La comparaison avec les influenceurs peuvent engendrer une baisse de l’estime personnelle chez certaines personnes. Il se révèle alors l’envers de ce monde de rêve.

Être influenceur sur les réseaux sociaux, pas toujours facile

L’influenceur doit montrer une image parfait pour avoir le plus grand nombre de commentaires positifs et de « likes ». Le fait de devoir adapter son apparence pour se situer dans les standards de la beauté cause plusieurs problèmes psychologiques. Souvent, cela entraîne une baisse de l’estime personnelle. Lors d’un sondage effectué auprès de 350 influenceurs, 50% des répondants ont affirmé que leur santé mentale était affectée. En effet, 32% finissent par avoir une mauvaise image corporelle et 25% d’entre eux se sentent continuellement critiqués. Il est difficile de faire face à la pression sociale.

De plus, la fréquentation toujours à la hausse des réseaux sociaux donnent toujours plus de visibilité aux opinions des usagers. Ainsi, les influenceurs sont les doivent être connectés en tout temps. Ils doivent aussi publier du contenu innovant pour essayer de susciter des réactions positives. Le récit dans Madame Figaro d’une instagrammeuse qui a abandonné le réseau est probant. Dans l’article on apprend que cela peut entrainer une perte d’identité ou de la difficulté à séparer la vie privée et la vie professionnelle. Il peut aussi y avoir un sentiment d’isolement malgré une multitude d’interactions virtuelles. Cette relation est perverse puisque ceux-ci sont soumis aux compliments comme aux vagues d’insultes.

Photoshop, le meilleur ami des influenceurs

De nos jours, il est désormais possible de changer son apparence avec l’aide d’applications numériques. On peut même obtenir dans Google des suggestions quant à Photoshop. Celles-ci sont des accès « gratuits » et faciles pour pouvoir modifier son corps. Ainsi, l’amélioration de l’apparence devient une norme de plus en plus importante dans notre société et participe à la baisse d’estime de soi. Les influenceurs ont aussi une part de responsabilité dans cela; ils utilisent plusieurs programmes tels que Adobe Photoshop, Pixelmator, Facetune ou Over Edit pour améliorer leur apparence.

Suggestions de Google

Beaucoup d’utilisateurs des réseaux sociaux cherchent à atteindre l’idéal de beauté présenté sur les réseaux sociaux. Cette fausse réalité présentée aux jeunes adolescents et adolescentes aggrave considérablement leur estime d’eux-mêmes, et pousse même certains d’entre eux à se suicider. En effet, les taux de suicide ont largement augmenté depuis l’arrivée des réseaux sociaux. Une récente étude démontre que « Sur 1 million de jeunes filles, les suicides d’adolescentes ont augmenté de 70% par rapport à la décennie précédente. » On explique également que l’accessibilité aussi facile aux réseaux sociaux a été la cause de cette hausse.

Campagne sur les médias sociaux et l’estime de soi de Dove

Les filtres et les chirurgies

Un exemple de cette fausse réalité est l’utilisation des filtres, qui permet aux jeunes d’atteindre cet idéal de beauté que les réseaux sociaux projettent en tout temps. Au départ, les filtres n’étaient pas problématiques; on les utilisait pour s’amuser. Après un certain moment, l’utilisation de ceux-ci sont devenus maladifs pour une multitude d’utilisateurs.  Cette problématique, causée par les filtres, a mené à l’interdiction de l’utilisation de ceux-ci à certains endroits, comme le Royaume-Uni. Celle-ci a pour but d’arrêter la comparaison sociale. En effet, il est aussi possible d’observer une augmentation des chirurgies esthétiques, soit 55% en 2017 contre 42% en 2015. Les individus souhaitent avoir recours à celles-ci pour ressembler à leur version numérique. On surnomme ce phénomène la chirurgie Snapchat.

La réalité VS internet

Ainsi, malgré l’impact des réseaux sociaux sur l’image que les utilisateurs ont d’eux-mêmes, il y a toujours un côté positif. Ceux-ci permettent une meilleure liberté d’expression, un meilleur partage d’idées et permet d’avoir plus de connaissances. Ce sont également des sources de divertissement qui, bien utilisées, peuvent améliorer l’expérience des utilisateurs et des personnalités publiques en ligne.

Par Béatrice Beaulieu et Alexandra Cormier

Articles liés : Un couple d’influenceurs met sa vie en danger pour une photo instagram, Le selfie cinq fois plus mortel que les attaques de requins, Top 10 des morts stupides causées par le selfie et Une populaire influenceuse plonge vers la mort pour un egoportrait

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.