Les dénonciations : l’individu versus les réseaux sociaux

L’utilisation des réseaux sociaux devient de plus en plus populaire, accessible et efficace. Le nombre d’utilisateurs augmente sans cesse et inévitablement, la vitesse d’échange et de partage d’information. En 2020, Facebook compte environ 2.6 milliards d’utilisateurs actifs par mois dans le monde entier. Cela en fait le plus utilisé parmi les réseaux sociaux. Ensuite, il y a YouTube et WhatsApp qui comptent environ 2 milliards d’usagers chacun. Instagram se classe en 6e avec 1 milliard d’utilisateurs.

Statistiques des utilisateurs actifs mensuellement en 2020. Facebook domine donc en maître sur les réseaux sociaux avec environ 2 500 millions utilisateurs chaque mois.
Statistiques des utilisateurs actifs mensuellement (2020)

La visibilité sur les réseaux sociaux

Le nombre croissant de consommateurs de médias est une véritable force pour gagner en visibilité. Avec le gain de popularité sur les réseaux sociaux, plusieurs individus en ont pris avantage. D’abord, pour commencer une carrière en étant influenceur, ainsi que pour élargir leur cercle d’admirateurs. La propagation virale, ainsi que le partage entre les utilisateurs peuvent mener à une plus grande visibilité. De plus, cela peut mener à une augmentation considérable de l’influence sur les réseaux sociaux. Une proportion d’utilisateurs atteint 98 % chez les 18 à 24 ans, 94 % chez les 25 à 34 ans, et 96 % chez les 35 à 44 ans.

Une plus grande visibilité peut aussi causer une réduction de la vie privée. Cela peut par conséquent causer une augmentation de la propagation des opinions et des commentaires nuisibles ou favorables envers un individu ciblé. Ainsi, en avril 2020, plusieurs dénonciations d’agressions sexuelles ont eu lieu suite à une publication sur Instagram par l’utilisatrice Sabrina Comeau (antiyyou sur Instagram, voir article de Radio-Canada). Ce mouvement a eu plusieurs conséquences : d’abord négatives pour les agresseurs et positives pour ce qui est de l’aide aux victimes. Ces dénonciations ont duré pendant plusieurs mois et ont toujours des impacts considérables aujourd’hui.

Réputation en jeu

Les réseaux sociaux peuvent avoir de nombreux effets négatifs sur les réputations. En effet, autant qu’ils peuvent créer des carrières, ils peuvent aussi en détruire en un instant. Particulièrement pour les influenceurs, leur réputation est grandement importante pour le succès de leur carrière. 

Qu’est-ce que la réputation en ligne? « D’abord, les renseignements en ligne sont de nature persistante, c’est-àdire qu’ils sont enregistrés et qu’il est difficile, voire impossible, de les supprimer une fois qu’ils ont été téléchargés. Ensuite, ils peuvent être reproduits. Ils peuvent aussi être consultés par un vaste public auquel ils ne sont pas nécessairement destinés. Enfin, ils peuvent être consultés au moyen d’une fonction de recherche. » Pour en savoir plus, Réputation en ligne par le Commissaire à la vie privée du Canada.

Chaque personne utilisant un réseau social est maître de l’image qu’il veut présenter à ses abonnés. Cependant, la réputation n’est pas toujours contrôlable. Elle peut être imprédictible, car n’importe quel individu peut critiquer publiquement à l’égard de n’importe qui sur les réseaux sociaux.

L’impact des allégations

Quels impacts peuvent avoir les dénonciations sur les plateformes médiatiques? Par exemple, l’humoriste québécois Julien Lacroix s’est effacé des réseaux sociaux après avoir été accusé d’agressions et d’inconduites sexuelles. Faire face à ce genre d’allégations a mené à plusieurs répercussions négatives sur sa carrière. À la suite de plusieurs sorties d’articles à ce sujet dont Le Devoir, l’agence le Groupe Phaneuf qui représentait M. Lacroix depuis plusieurs années a mis fin à leur contrat. Pour plus de détails à ce sujet, consultez l’article du Devoir en cliquant ici

Julien Lacroix, photographié par Marie-France Coallier. L'humouriste a été dénoncé pour des  agressions sexuelles en 2020, sur les réseaux sociaux.
Julien Lacroix, photographié par Marie-France Coallier (2020)

Plusieurs autres noms d’influenceurs sont sortis lors de la vague des dénonciations comme Kévin Marquis, le youtubeur Jean-Michel Gagné, connu sous son nom d’artiste Jemcee et Maripier Morin. Cette dernière a été accusée de plusieurs harcèlements et inconduites sexuelles par la chanteuse Safia Nolin. Elle a dévoilé ces accusations dans une story instagram mentionnant que Morin a pris avantage de son fame pour exercer un certain pouvoir sur elle (source). 


À la suite de ces allégations, plusieurs compagnies dont Bonlook, Blush Lingerie et Buick Canada ont rompu leurs liens avec cette personnalité québécoise. Buick Canada affirme qu’il ne renouvellera pas leur contrat pour des raisons éthiques et morales. Quelques jours plus tard, en début juillet 2020, Maripier Morin annonce qu’elle prendra une pause professionnelle (article à ce propos dans La Presse)

La bonne voix des réseaux sociaux

Dans les réseaux sociaux, on pointe souvent le négatif qui ressort de chaque intention, sans trop comprendre le pourquoi ou le comment. Pourtant, pour chaque mauvaise situation, on se doit d’en retirer le meilleur.  Avec la vague de dénonciations sexuelles, plusieurs victimes ont pu parler haut et fort pour se réunir et en discuter ouvertement, sans jugement. D’autre part, la voix de chaque victime avait pour but de donner courage à son prochain quant à dévoiler l’agresseur et d’éviter à d’autres individus d’être victime (source?). 

Des hashtags en soutien

Sur la plateforme Twitter, plusieurs internautes ont suivi le mouvement afin d’y mettre un terme en employant #jedenonce dans chaque tweet écrit, accompagné de #onvouscroit. Certaines utilisatrices de ladite plateforme ont mentionné leur honnête expérience avec force et caractère. Ceci dans l’espoir de dissiper la honte et de responsabiliser le coupable, soit l’agresseur.

Une capture d'écran fait à partir d'un compte Twitter. Ceci démontre le mouvement #Jedénonce sur les réseaux sociaux.
Capture d’écran fait à partir d’un compte Twitter (2020)


Avec l’ampleur de la chose, plusieurs personnalités publiques ont fait de même. Comme mentionné plus haut, l’auteure-compositrice-interprète, Safia Nolin, brise le silence avec l’accusation de Maripier Morin. Après cet effet de bombe exposé sur les réseaux sociaux,  plusieurs interlocuteurs ont partagé leur soutien auprès de Nolin. Les noms commencent à tomber dans plusieurs milieux et plusieurs gros noms s’y retrouvent. 

Bref, de nombreuses pages sur les réseaux sociaux sont conçues permettant d’écrire son histoire et de dénoncer anonymement les actes d’agressions sexuelles. Les noms des agresseurs y sont majoritairement révélés. Ces pages de dénonciation se forment afin de fournir une plateforme accessible à tous ceux qui n’ont pas la force de se dévoiler au grand jour. 

Audrey-Maude Latvietis, Maude Grenier et Gabrielle T. Sylvestre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LinkedIn
Share