Le morcellement du concept de vie privée

Arrivée des médias sociaux

Avec l’omniprésence des réseaux sociaux dans notre société actuelle, de nouveaux enjeux en ont découlé au courant de la dernière décennie, créant ainsi une nouvelle dynamique sociétaire en ce qui concerne ces plateformes de réseautage en ligne et ce, concernant le concept de « vie privée ». Avec plus de 2 milliards d’utilisateurs sur Facebook en date de 2015, plus de 1 milliard d’utilisateurs sur Instagram ainsi qu’un nombre faramineux de personnes connectées sur plusieurs autres plateformes de réseaux sociaux, nous pouvons définitivement affirmer que nous vivons dans une ère numérique où l’information transite principalement par le web. 

Ceci étant dit, ces plateformes sociales ne cessent de grandir en importance au fil du temps et ce, que ce soit par l’intérêt d’ouvrir sa vie aux autres ou même de simplement voir ce que les gens font et ont comme habitudes de vie. Ayant pour principal but d’assurer une connectivité entre des individus du monde entier autrement que par appel, ces plateformes numériques de communication et d’interaction en ligne sont devenu des géants, que ce soit en termes de revenus ou même simplement d’importance qu’ils occupent dans la société actuelle. Ils ont aussi amené le passage de l’économie de stock à une économie de flux d’informations.

On en vient donc à réfléchir sur l’influence que ces réseaux sociaux auront sur notre facilité à nous trouver un travail par exemple, ou même sur l’impact de la pression sociale sur nos interactions et publications ainsi que sur les traces que nous laissons sur le web.

Surveillance en ligne et autocensure

On en vient donc à réfléchir sur l’influence que ces réseaux sociaux auront sur notre facilité à nous trouver un travail par exemple, ou même sur l’impact de la pression sociale sur nos interactions et publications ainsi que sur les traces que nous laissons sur le web.

Les médias sociaux encouragent l’interaction entre nous en ligne, c’est grâce à la messagerie et aux possibilité de partage, autant d’opinion que de photo/vidéo que les utilisateur de ces plateforme interagissent entre eux. Ces utilisateurs ont un certain contrôle sur ce qu’ils décident de partager, et sur qui peux voir ce qu’ils désirent montrer. 

C’est là ou le concept d’auto censure entre en jeux. Les utilisateurs se doivent de garder certaine chose en dehors des médias sociaux. Aujourd’hui plus que jamais, les entreprise et leurs employeurs examine nos profils et le contenue que l’on partage. Cette surveillance faite par l’employeur crée une certaine frontière entre la sphère publique et privée. Par peur de ne pas obtenir un poste ou même de perdre leur emploi, les utilisateurs censurent l’information qu’ils partagent sur leur profil.  

Dans une étude menée par la Commission nationale de l’informatique et des libertés en 2014, près de 35 % des recruteurs reconnaissaient avoir déjà refusé un candidat à un emploi à cause de son e-réputation négative. 

Les échanges d’informations et de communication fait sur les médias sociaux influencent les changements organisationnels de l’activité humaine, privée mais surtout professionnelle.Notre génération c’est elle même embarquer dans cet environnement d’auto-censure : « l’individu n’est pas soumis qu’aux règles supérieures qu’il se serait librement données ».

Le concept de vie privée dans l’ère numérique

Même si le respect de la vie privée est un droit fondamental, il n’est pas absolu. Les moyens de communication modernes créer une tension envers les services de renseignements et nous, les utilisateurs, qui tente de conserver notre vie privée. La culture du partage intrinsèque au fonctionnement des réseaux sociaux exige une redéfinition de la vie privée. 

C’est le traitement de données d’usager qui change drastiquement le concept de vie privée. Les géants du numérique (GAFAM) se nourrissent de l’analyse des données de leurs usagers ainsi que la revente de ceux-ci. C’est justement avec l’ère numérique que l’on observe le concept de vie privée disparaître peu à peu. 

Depuis l’ère numérique, on partage tout nous informations qui avant l’arrivée des technologies sociales restaient privées à nous et nos proches. Le flux d’information est en croissance. D’année en année, le nombre d’utilisateurs de réseaux sociaux augmente et leur partage d’information aussi. Une vie privée c’est de pouvoir conserver des informations comme notre âge, notre nom, notre adresse, etc. Alors il est difficile d’admettre qu’en 2019 on a droit à une certaine vie privée.

Quand l’exception devient la règle en ce qui concerne la surveillance de chacun.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook
Twitter
LinkedIn