Jeux vidéo et impact environnemental

Les jeux vidéo par Clara Lastel & Adriano Ugolini

L’industrie des jeux vidéo est l’une des plus puissantes au monde. Son ascension est rapide et marquée, atteignant aujourd’hui 120 milliards de dollars à l’échelle planétaire. Cela est dû à la forte demande du marché et à la dématérialisation, un concept phare du XXIe siècle.


Jeux vidéo : portrait

À sa création au début des années 2000, l’industrie des jeux vidéo suivait un modèle de développement dit vertical. On retrouvait ainsi le développeur, l’éditeur, le détaillant et en bout de chaîne le joueur. Ceux-ci s’occupaient respectivement de la programmation, de la mise en marché et de la vente. Avec le temps, ce modèle s’est vu bouleversé puisque les plus grandes entreprises du secteur ne produisent pas de jeux vidéo. En effet, Sony, Microsoft et Apple, pour ne citer que ceux-là, ne sont que des intermédiaires. Parallèlement, une croissance et une sophistication des supports et des consoles a été observée. Cela influe fortement sur le domaine. Il en résulte que le développeur et l’éditeur ne font plus qu’un.

Consoles de jeux vidéo
Consoles de jeux vidéo de septième et huitième génération

Une industrie en mutation

Bien que l’industrie vidéoludique soit structurée depuis les années soixante-dix, elle continue de subir de profondes mutations. Aujourd’hui, cette partie du secteur culturel voit sa chaîne de valeur évoluée. Le développeur est désormais en contact direct avec le joueur. Voilà pourquoi Yves Guillemot  – PDG d’Ubisoft – pense que c’est la fin des consoles (Variety). En effet, le boitier de réception et de lecture des jeux n’est plus nécessaire.


I think we will see another generation, but there is a good chance that step-by-step we will see less and less hardware” Y. Guillemot

Depuis quelques années, une connexion Internet haute vitesse permet de profiter pleinement de ses jeux favoris. On parle ici de cloud gaming ou de jeux en streaming. Afin de s’adapter à cette nouvelle manière de jouer, des entreprises comme Microsoft et Sony lancent leur plateforme de jeux vidéo en flux continu. Les jeux en ligne prennent tellement d’ampleur qu’au Royaume-Uni, par exemple, 80% des jeux vendus proviennent de la dématérialisation (exception pour les jeux de sport et les AAA). Ainsi, les éditeurs favorisent des plateformes de vente telles que Steam ou Uplay. Cette méthode de production permet d’augmenter le chiffre d’affaires et de supprimer les intermédiaires. Par la même occasion, cela offre aux joueurs une liberté de consommation puisqu’ils accèdent à un catalogue de jeux moyennant un simple abonnement.

La dématérialisation : concept du XXIe siècle

La société actuelle considère la dématérialisation comme synonyme de progrès. Dans son entrevue au journal Variety, Microsoft affirme que dans le secteur du gaming, cela se traduit par la disponibilité des jeux vidéo quelque soit l’écran. Cependant, le consommateur dispose de ce contenu uniquement après avoir donné ses informations personnelles. Ainsi, un joueur ne « possède » plus ses jeux. De plus, il doit accepter que l’entreprise collecte et analyse ses données à des fins commerciales. Pour en savoir plus sur la collecte de données cliquez ici

Jeu vidéo en ligne sur téléphone
Jeu vidéo en ligne sur téléphone intelligent sans boitier de réception et de lecture

L’impact environnemental des jeux vidéo

Jouer en ligne contribue au game over de la planète. En effet, les serveurs qui contiennent les jeux et les informations sur les joueurs émettent énormément de chaleur. Leur maintient s’effectue alors dans des espaces frais. Il en résulte une émission de 37 millions de tonnes d’équivalent CO2. Ainsi, l’utilisation de serveurs entraîne une augmentation énergétique et conséquemment un problème écologique. De plus, ces serveurs sont souvent cachés des citoyens et implantés dans des forêts comme le montre la photo ci-dessous. Indirectement, l’industrie des jeux vidéo participe donc à la déforestation.

Ferme de serveurs
Ferme de serveurs de Facebook, implantée en en Suède

Le cloud gaming est la tendance du moment. Ainsi, il faut s’attendre à l’arrivée de nouveaux joueurs et de nouveaux concurrents. De ce fait, la collecte de données et l’impact sur environnement ne sont pas prêts de s’arrêter. Cependant, on remarque que de plus en plus d’entreprises du secteur se penchent sur les enjeux liées au réchauffement climatique.

À lire : Jeu vidéo : à qui profite le big data, Les grandes entreprises du jeu vidéo s’allient pour réduire leur impact environnemental, L’industrie du jeu vidéo en 2022

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook
Twitter
LinkedIn