L’art et censure sur les réseaux sociaux

«Des goûts et des couleurs il ne faut pas disputer» Proverbe Latin

Tout le monde croit savoir ce qu’est l’art. La Joconde, c’est de l’art. La Venus de Milo, c’est de l’art. La symphonie No9 de Beethoven, c’est de l’art. Comment le sait-on ? Parce qu’ils sont dans un musée ? Car on reconnait les auteurs et l’ouvrage immédiatement ou parce qu’ils sont dans les livres d’art et d’histoire ?

Et aujourd’hui, qu`est-ce que l’art ? Justin Bieber ou l’orchestre contemporain de Londres ? Le Parrain ou Infinity War ? Les œuvres dans les galeries d’art ou les photos sur Instagram ?

La définition de l’art a toujours été compliquée, voire impossible. Aujourd’hui avec les réseaux sociaux, les possibilités de ce que l’on peut considérer comme art ou pas se multiplie de plus en plus. Et donc des nouvelles questions surgissent. QUI décide ce qu’est l’art et ce qu’est une simple photo ? Nous ? Les « experts » ? Les réseaux sociaux ?

        Représentations et rôle de l’individu dans les réseaux sociaux

Il y a deux catégories principales d’utilisateurs sur les réseaux sociaux. D`un côté-celui qui regarde, qui navigue et juge le contenu et d`autre côté-celui qui poste, « l’artiste ». On peut tous l’être. Et des types d’artiste, il en existe beaucoup.

Pas tous les postes sur les réseaux sociaux sont les mêmes. C’est la raison pour laquelle entre les vidéos, les chats, les selfies et les recettes de cuisine, il existe une infinité de contenus que l’on peut poster. Alors cela amène les personnes à développer une image à projeter, un rôle. Est-ce que je souhaite être un influenceur ? Donner des conseils de vie ? Montrer des beaux paysages de tous les coins du monde ? Rendre mon chat célèbre ? Notre image sur les réseaux sociaux va être accessible à tout le monde, c’est pour cela que l’on porte des masques et que l`on joue le rôle qu’on a choisi pour plaire (ou non) à ceux qui regardent.

Dans ce cas-là, le public choisit ce qu`est l’art par rapport à ses goûts et ses envies. Mais cela peut être influencé. En effet, il y a une troisième catégorie, un acteur qui est toujours présent, même s`il est discret. Le site lui-même. Il faut plaire à Instagram, Facebook, Twitter et tout site où on décide de poster. Ils ont des règles, et si on ne fait pas attention on peut être populaire mais être banni tout de même.

         La censure des Réseaux sociaux et comment cela affecte l’art?

  Les réseaux sociaux sont leurs propres sociétés. Aussi toute société a besoin de règles pour vivre ensemble. Pourtant les être humains sont complexes, et les règles ne sont pas souvent suffisamment complexes pour nous. Par exemple il ne faut pas poster des vidéos de meurtres sur Youtube. Et ceux qui doivent en parler (car c’est leur métier) trouvent des difficultés, sauf si la personne est quelqu’un qui est déjà renommé (CNN par exemple).

  En effet l’art peut être tout et rien. C’est-à-dire il peut être pour tous et peut être choquant. Le but de l’art est de nous faire ressentir quelque chose. Dégoût, peur ou même excitation sont des émotions que l’art veut nous faire ressentir. Mais souvent, cela va à l`encontre les règles misent en places par les réseaux sociaux.

La plupart des sculptures grecques sont des nus. Si on poste un nu sur Instagram, les résultats ne seront pas les mêmes. Se sont des règles compréhensibles : des enfants utilisent le service. Mais le contexte est important dans une décision comme l’enlèvement de son contenu. Les réseaux sociaux l’ignorent de plus en plus faisant des équivalences entre les nus dans le but de faire de l’art ou le nu dans le but de faire du mal ou de la pornographie.

   En 2011, un professeur français posta la peinture « l’origine du monde » de Gustave Courbet. Par conséquence, la décision de Facebook de bloquer, pas seulement sont poste mais aussi le profil entier de la personne, amena à une poursuite judiciaire qui a forcé Facebook à laisser la peinture et à changer les règles en vigueur. Par contre, la censure continue en 2018 avec la figurine « Femme de Willendorf » qui a été jugée trop explicite pour les spectateurs. Elle est encore censurée aujourd’hui.

          …et tout cela reste subjectif ?

    Aujourd’hui la définition de l’art est plus ouverte que jamais. Les artistes se multiplient et le contenu se répand. Chacun joue son ou ses rôles. On porte le masque des artistes ? Ou celui des spectateurs ?

    Les artistes ont un long travail devant eux dans ce monde des réseaux sociaux. Plus de spectateurs signifie une variété d’opinions et de critiques énormes et jouer dans la masse n’est pas inné pour tout le monde. De même, ils doivent suivre les règles des réseaux sociaux qui ne sont pas toujours claires, consistantes et parfois injustes. Pour le meilleur ou pour le pire, les réseaux sociaux sont devenus des théâtres, des bibliothèques et des musées (sans les remplacer). Et l’effet qu’ils ont et continueront à avoir sur tous les aspects de notre vie, incluant l’art, est indéniable.

                                                                                                                                     Magdalina Mihaylova

Références :

http://archives.siliconvalleydebug.org/articles/2012/06/11/social-media-masquerade-digital-age-identity-masks

https://blog.dashhudson.com/influencer-marketing-content-creator-social-media-strategy-brand-marketing/

https://www.sartle.com/blog/post/f-censorship-social-medias-hold-on-nudity-in-art

«L’art face à la censure. (Art in the face of censorship.)», Wolinski, Natacha ; Schlesser, Thomas, Beaux Arts Magazine, June 2011, Issue 324, pp.42-43

«Facebook censure encore une oeuvre d’art», Rousset, Alexendre, Les Echos, Mar 4, 2018

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook
Google+
http://mediassocionumeriques.org/lart-et-censure/lart-et-censure-sur-les-reseaux-sociaux">
Twitter
LinkedIn