La représentation des genres dans le jeu vidéo

Durant le confinement, nombreuses sont les familles qui ont investi dans l’achat d’une nouvelle console. En 2021, les jeux vidéo sont partout et c’est une des industries les plus prometteuses, notamment avec l’avancée des technologies. Des communautés se sont créées, des groupes de fans se sont développés un peu partout aux quatre coins du monde. Pourtant, dans cette grande industrie, les représentations des genres et les stéréotypes véhiculés peuvent laisser à désirer. 

Les jeux vidéo, un reflet de notre société?

Les jeux vidéo sont, comme tous les autres types de médias, une fenêtre sur notre société. Les différents protagonistes dont les joueurs s’approprient, tant homme ou femme, sont très souvent stéréotypés. Malheureusement, ces représentations s’immiscent dans certains jeux, ce qui peut exhorter chez certains joueurs et certaines joueuses une baisse d’estime de soi et  le désir d’atteindre un faux idéal. De plus, certains jeux peuvent également privilégier une forme de masculinité toxique.  Face à ces figures masculines dominantes, la diversité corporelle et sexuelle sont peu représentées et peu proposées au public.

Le phénomène Lara Croft 

Comme dans le cas dans la série Tomb Raider dont l’objectification du personnage de Lara Croft l’a rendue célèbre. Pourtant, Lara Croft a toujours été présentée comme forte et indépendante. Avant l’acquisition du jeu par la franchise en 2013 par Crystal Dynamics, on hésitait pas à hypersexualiser son personnage. Avec, par exemple, un corps irréaliste, dénudé et une voix séductrice. L’avatar féminin tentait de cibler un public féminin, tout en satisfaisant son public masculin hétéronormé par l’entremise d’un corps sexualisé.

Homme VS Femme

Bien souvent, les personnages masculins dans les jeux vidéo sont représentés comme les principaux protagonistes. Des corps très musclés et hyper virils, donc difficilement identifiable pour les jeunes adolescents. Les hommes ne sont pas épargnés par des représentations archaïques de leur genre. Cependant, au niveau des rôles attribués, ce sont les inégalités homme-femme qui sont inquiétantes.

Contrairement aux héros, les vêtements des héroïnes n’expriment en rien leur quête, leur métier ou leur personnalité. Généralement vêtue que brassière et d’un petit short, on laisse entendre que ces personnages ne sont qu’un corps sexy. Les poses lascives et les angles de caméra se concentrant sur certaines parties du corps laissent les joueuses perplexes. Certes, elles se demandent si les avatars féminins sont là pour exciter ou bien pour exister.

Les conséquences 

Tout d’abord, bien que certains stéréotypes soient bienveillants pour les héroïnes, l’arc narratif tend généralement autour du héros. Leur rôle, tant au niveau narratif que gameplay (l’ensemble des capacités et objectifs qui le définit dans son action au sein du jeu) passe en second plan. Il passe derrière le rôle d’attrait sexuel pour les joueurs supposés mâles et hétérosexuels. Ces rôles sans intérêts relèguent les héroïnes au rang de femme-objet et non à un sujet dans l’action du jeu (Planques, 2017). Cette représentation peut contribuer à banaliser la misogynie et les inégalités des genres déjà présentes dans la société. Désormais, ces enjeux sont de plus en plus préoccupants puisque les femmes présentes dans cet univers ne cessent d’augmenter chaque année.

Sondage effectué par Statista, 2019

Des communautés laissées pour compte

L’inclusion des minorités sexuelles dans les jeux vidéo a débuté vers la fin des années 80. Elle deviendra aujourd’hui une tendance. Par exemple, un jeu à succès comme Life Is Strange qui porte sur des sujets de la vie quotidienne. Des sujets tels que le coming out, les attouchements sexuels, le racisme, les enlèvements et les handicaps sont au cœurs de l’intrigue du jeu. De plus, le troisième volet du jeu est porté par une héroïne transgenre. Malheureusement, cette ouverture aux minorités n’a pas toujours été le cas dans le monde virtuel des jeux vidéo. En effet, les personnages LGBTQ2S+ souffrent souvent du phénomène “bury your gays”. C’est un phénomène qui consiste à donner une histoire et une fin tragique aux personnages homosexuels. Cela diminue la peine éprouvée par les joueurs hétéros. 

Sources :

Fanny Lignon. L’image de la femme dans les jeux vidéo de combat. Sport et Genre. XIXèmeXXème : objets, arts et médias, Vol. 4, L’Harmattan, p. 171 à 185, 2005, Espaces et Temps du Sport.
https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00424727/file/FL_-_Image_de_la_femme_dans_les_jeux_video_de_combat_-_Hal.pdf

Représentations féminines dans le jeu vidéo : un tour d’horizon des courants dominants et des évolutions en cours (archives-ouvertes.fr)

https://journals.library.ualberta.ca/af/index.php/af/article/download/29412/21447/77875

Conférence Représentation(e) de la femme dans le jeu vidéo, AFJV, Cité des sciences et de l’industrie, 2019


Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.