Deepfake : Quand le faux devient le vrai

En 2017, aux États-Unis, un nouveau phénomène inquiétant fait son apparition sur le web en ruinant la réputation de plusieurs célébrités. Le deepfake. Ce terme est un mélange de « deep learning », qui est un système d’apprentissage lié à l’intelligence artificielle et du mot « fake », qui signifie faux. Grâce au deepfake, les utilisateurs peuvent tromper le public en créant des vidéos extrêmement réalistes qui font faire ou dire des propos à une personne, sans que cette personne ne l’ait en réalité jamais fait.

Au départ, le deepfake était utilisé pour créer de fausses vidéos pornographiques mettant en vedette des célébrités. Dorénavant, il est aussi utilisé dans les films et la publicité. Puisque ce phénomène gagne en popularité, de nouveaux logiciels et applications pour les téléphones intelligents ont été créés pour faciliter son utilisation et pour le rendre beaucoup plus accessible à tous. Présentement, aucune règle ne s’applique au deepfake, ce qui soulève quelques inquiétudes.

DeepFaceLab
Comment ça fonctionne ?

Le fonctionnement pour créer un deepfake est très simple, il suffit de télécharger plusieurs vidéos de la personne choisie pour faire le montage. Selon les experts, il faut un minimum de 14 heures d’enregistrement vidéo pour obtenir un résultat réaliste. Par la suite, plusieurs options s’offrent aux utilisateurs. Ils peuvent insérer le visage d’une autre personne dans la vidéo, recréer le mouvement des lèvres soi-même et ajouter de l’audio pour faire dire ce qu’ils veulent à cette personne et même créer de nouveaux mouvements pour faire bouger la personne différemment. Dans les publicités, ce sont de vrais acteurs qui sont engagés pour faire bouger la bouche d’une autre personne. Tout cela est possible grâce à l’intelligence artificielle qui analyse les mouvements de chaque vidéo et qui extrait une image à la fois. Ce qui permet d’avoir un produit final qui semble réel.

Le deepfake en politique

L’influence politique sur le web prend de l’ampleur avec des vidéos modifiant les discours de plusieurs politiciens. Ce genre de vidéo circule beaucoup sur internet. Ces vidéos sont créés et utilisés pour nuire à leurs réputations et pour influencer l’opinion publique. En politique, des deepfake sont parfois présents sur le web pour essayer de manipuler les élections. C’est un outil de désinformation aussi redoutable que les fakenews. Le problème est que ces fausses vidéos qui se retrouvent par exemple, sur les réseaux sociaux, informent certaines personnes qui ne se renseigne pas autrement. Cela dit, leur seule source d’information sera alors fausse.

Ici, Donald Trump annonce dans une vidéo ultra réaliste que le sida est éradiqué. Il s’agit finalement d’une vidéo de deepfake réalisée par l’association française Solidarité Sida qui cherche à faire prendre conscience de l’importance de leur cause aux politiques et au grand public.

Solidarité Sida 2019
Les dangers liés au deepfake

« On est dans une ère où l’image manipulée est devenue la norme et ou la technologie est à la portée de tous »

Catalina Briceno, spécialiste des transformations numériques

Puisque les images sont maintenant facilement manipulables par un grand nombre de gens, plusieurs dangers sont associés à la technique du deepfake. Au Mexique, cette technique a été utilisée pour créer de fausses vidéos pornographiques dans le but de nuire à des individus. Faire des vols d’identité pourrait devenir encore plus simple. Les deepfakes sont aussi utilisés, dans certains cas, pour provoquer et alimentent les fausses nouvelles. Un des plus gros problèmes, c’est qu’elles nourrissent les croyances et les actions de certaines personnes. Le mensonge n’a donc plus de limite.

Des solutions pour vous aider

Concernant les législations, dans l’État de Californie, deux projets de loi adoptés l’année dernière ont illégalisé certains aspects du deepfake, l’un interdit le recours à la synthèse d’images humaines pour faire de la pornographie sans le consentement de la personne représentée et l’autre interdit la manipulation d’images de candidats politiques dans les 60 jours suivant une élection.

C’est simple, on ne peut plus croire tout ce que l’on voit et ce que l’on entend sur Internet. Les deepfakes sont la preuve qu’il est facile de modifier et trafiquer du contenu. Rechercher l’information avant de prendre pour acquis qu’elle est vraie. Portez attention aux détails de la vidéo que vous regardez puisque parfois certains mouvements ne sont pas naturels. Quelques logiciels de protection existent pour vous protéger et vous aider à repérer les deepfakes.

Pour bien reconnaitre un deepfake, voici quelques caractéristiques à surveiller de près :

  • les mouvements saccadés,
  • la variation de lumière d’un plan à l’autre,
  • la variation au niveau de la couleur de peau,
  • les clignements des yeux étranges ou au contraire aucun clignement,
  • les lèvres mal synchronisées avec la parole,
  • les artefacts numériques de l’image.

Donc, si une ou plusieurs de ses caractéristiques sont présentes, vous êtes surement en train de regarder une vidéo ayant utilisé la technologie de deepfake. Restez prudents!

Voici ici un reportage réalisé par l’émission Bonsoir! sur la chaine française Canal+.

Canal+ 2019

Article réalisé par Kecha Lussier, Ariane Lachance-Hurtubise et Mattéo Fernandes.

Si vous en voulez plus :

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LinkedIn
Share